Bilan de l’année 2015: les Français et l’apprentissage de l’anglais

48% des Français étudient l’anglais pour décrocher un emploi

Une nouvelle étude sur un échantillon de 1 200 Français, réalisée par ABA English, l’académie online spécialisée dans l’enseignement de l’anglais qui compte à ce jour plus de 6 millions d’élèves dans le monde, révèle que:

  •  4% des Français parlent couramment anglais
  • 23% des Français déclarent être passés à côté d’une opportunité d’embauche à cause de leur niveau d’anglais
  • 47% des Français qui ont des notions d’anglais ont un travail

Paris, 6 janvier 2016Avoir un bon niveau d’anglais n’est plus considéré comme « un plus » mais plutôt comme « un must » pour les entreprises françaises. Face à la mondialisation et l’hétérogénéité des marchés européens, l’anglais ouvre des portes et pourtant, aujourd’hui encore, un peu moins d’un français sur dix aurait un niveau Advanced, le niveau requis par la grande majorité des petites, moyennes et grandes firmes pour occuper un poste de cadre à l’international.

Le sondage mené par ABA English révèle un autre chiffre tout aussi surprenant: en 2015, 47% des Français qui étudient l’anglais sont en poste, un pourcentage significatif mettant en valeur l’étroite relation qui existe entre bénéficier d’une formation linguistique complète et trouver un emploi. Durant ces 10 dernières années, cette tendance n’a cessé d’évoluer.  

Partant du constat qu’il est nécessaire d’avoir des notions solides en anglais pour faire évoluer sa carrière professionnelle, ABA English a analysé le comportement des Français et a esquissé le Top 3 des principales raisons pour lesquelles ils étudient et n’étudient pas l’anglais. Les résultats sont très contrastés et sans équivoque: 48% des Français apprennent l’anglais pour des raisons professionnelles, 23% pour voyager et se faire comprendre à l’étranger et 20% le font dans le cadre de leurs études ou d’une formation linguistique complémentaire. Cette étude lève une autre observation intéressante: la France serait l’un des pays au monde, devant l’Italie et le Brésil, où l’on étudierait proportionnellement le plus l’anglais dans le but de faire du tourisme et pouvoir converser avec des personnes de nationalité différente.

Concernant la raison principale pour laquelle les Français n’étudient pas l’anglais, 64% des interrogés déclarent qu’ils ne trouvent pas le temps de le faire.   

Les Français veulent des subventions

 Le récent sondage réalisé par ABA English révèle que 68% des interrogés pensent que l’État devrait subventionner l’apprentissage de l’anglais, un critère de sélection devenu clé pour trouver un emploi dans de nombreux secteurs comme le commerce, le tourisme, la communication, les nouvelles-technologies, le marketing, la vente, l’hôtellerie, l’événementiel, les ressources humaines, etc.

L’anglais en entretien d’embauche

Pour décrocher un emploi, certains sont prêts à tout, même à mentir. Ce sondage de fin d’année dévoile une statistique pour le moins insolite: un Français sur dix avoue avoir menti au moins une fois dans sa vie, en entretien, quant à son niveau de compétences linguistiques. Même si de plus en plus de recruteurs testent désormais le niveau d’anglais des candidats, cette pratique n’est pas encore automatique dans l’Hexagone. Cette année, seulement 23% des Français déclarent être passés à côté d’une opportunité d’embauche à cause de leur niveau d’anglais. Un pourcentage jugé assez faible au vu des exigences affichées publiquement par les entreprises qui recrutent.

Les Français persèverent dans l’apprentissage de l’anglais

Face à la banalisation de l’anglais dans la vie de tous les jours, les Français réagissent et se mettent, eux aussi, à étudier tant bien que mal cette langue. Ce phénomène touche aussi bien les étudiants que les jeunes professionnels ou les personnes plus âgées. Chacun y trouvera sa motivation mais le but à atteindre reste le même pour tous: progresser en anglais. Dans ce sens, 69% des sondés déclarent que cela fait plus d’un an qu’ils étudient l’anglais et 25% d’entre eux assurent persévérer dans l’apprentissage de cette langue depuis maintenant plus de dix ans.

Le niveau d’anglais actuel des Français

Bien que les nouvelles générations bénéficient d’une formation en langues étrangères plus solide qu’auparavant, l’anglais peine à gagner du terrain en France. Beaucoup de Français surestiment leur niveau d’anglais et pensent avoir le niveau suffisant pour mener à bien une conversation courante dans cette langue. Le constat réalisé par ABA English est tout autre, en effet, le sondage révèle que 41% des Français ne parlent pas ou ont des connaissances très basiques en anglais, 55% ont un niveau intermédiaire et seulement 4% auraient un niveau Advanced et donc seraient capables d’échanger aisément avec un autre interlocuteur dans la langue de Shakespeare.

> Télécharger Communiqué