Pourquoi les Français ont-ils autant de mal à apprendre l’anglais ?

  • Une étude révèle que seulement un Français sur dix serait capable de tenir une conversation  en anglais
  • La grande majorité des étudiants francophones éprouve les mêmes difficultés lors de l’apprentissage de cette langue 
  • La grammaire anglaise est la partie la plus compliquée à apprendre pour les élèves de l’Hexagone

Paris, 13 avril 2016 – De nos jours, avoir un bon niveau en anglais peut rendre la vie plus facile. Dans les magazines, à la télévision, dans les aéroports, à l’étranger ou en France, cette langue est omniprésente. Les Français le savent bien: maîtriser l’anglais est un must. Mais combien de personnes sont capables de tenir une conversation dans cette langue avec un homologue étranger?

Selon une enquête réalisée en janvier 2016, sur un échantillon de 1 200 étudiants, par ABA English, l’académie anglaise online qui compte plus de 8 millions d’élèves dans les quatre coins du monde, un peu moins d’un français sur dix aurait un niveau courant, le niveau requis pour bien comprendre et s’exprimer aisément dans la langue de Shakespeare.

Après avoir étudié de près le comportement en classe des élèves, les professeurs d’ABA English révèlent les cinq raisons principales pour lesquelles la plupart des Français éprouvent des difficultés pour apprendre l’anglais.

1. Le vocabulaire

Contrairement au français, l’anglais n’est pas une langue romane mais germanique.  Les racines des mots sont donc différentes. Impossible d’angliciser une expression qui manquerait à notre répertoire. Pour les friands d’inventions linguistiques, tournez-vous plutôt vers l’apprentissage des langues latines. L’anglais, lui, nous demande un effort supplémentaire de mémorisation.

2. La grammaire

Vous hésitez entre le prétérit et le passé simple? Entre « to » et « at »? « His » et « its »? « I » et « me »? Ne vous inquiétez pas, vous n’êtes pas le seul! La grande majorité des Français déclare que le plus difficile à apprendre et à comprendre sont les nombreuses subtilités que nous réserve la grammaire anglaise. Selon les observations des professeurs d’ABA English, les élèves francophones buttent souvent sur les quatre règles suivantes: en anglais, il n’y a jamais d’article pour parler des choses en général, on utilise le verbe « être » pour dire l’âge que l’on a, les verbes qui sont précédés d’une préposition ont généralement une terminaison en –ING, il n’y a jamais de futur après « when » ou « as soon as » dans les phrases affirmatives.  

3. Les verbes irréguliers

Bien que la conjugaison française soit plus complexe que l’anglaise, nombreux sont les élèves qui appréhendent l’apprentissage des verbes irréguliers. Ces quelques pages remplies de tableaux à quatre colonnes représentent, pour beaucoup, un véritable casse-tête. Être patient, apprendre par cœur, écouter, répéter, répéter et répéter, voici la seule solution pour retenir toutes ces conjugaisons

4. La prononciation Au-delà de son accent, aussi mignon soit-il, si un français ne prononce pas bien un mot, son interlocuteur ne pourra pas le comprendre. Nous avons donc à jongler avec les diphtongues et les différents types de prononciation d’une même lettre. Cela se complexifie encore plus avec les voyelles courtes et longues qui peuvent modifier le sens d’un mot.

5. Les faux-amis

Attention à eux! Ils sont nombreux et sont source de contresens. Il convient de savoir que « a figure » signifie un chiffre, « a library » est une bibliothèque et « a bookshop » une librairie. Si, par inadvertance, vous misez sur la politesse et lancez un enjoué « good appetite » lors d’un déjeuner, gare au moment de solitude qui suivra. Optez plutôt pour « enjoy your meal » ou « bon appétit », vos camarades trouveront ça chic, et vous, vous éviterez de commettre une erreur de langue.

> Télécharger Communiqué